Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Proverbe chinois et autonomie

Comme le dit le proverbe, "quand un homme a faim, mieux vaut lui appendre à pêcher que de lui donner un poisson". S'il existe des variantes (par exemple, on trouve aussi le proverbe africain "Si tu donnes un poisson à un homme il mangera un jour; si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours") le sens de ce proverbe reste indiscutablement celui de l'autonomisation: apprendre à se nourrir plutôt que de simplement donner à manger. Pour ce qui relève de la didactique des langues l'autonomisation, qui a déjà fait couler beaucoup d'encre (notamment dans la revue Mélanges CRAPEL), renvoie au fait de se préoccuper non seulement du niveau en langue des apprenants mais aussi (voire surtout) du niveau en "apprendre à apprendre". La logique est la suivante: c'est l'apprenant qui apprend, on ne peut pas le faire à sa place, donc on l'aide à devenir autonome, c'est-à-dire qu'on essaie de faire en sorte qu'il puisse prendre en main son propre apprentissage. Cette logique s’accompagne d'un certain nombre de considérations (qui ne sont pas forcément récentes en didactique des langues d'ailleurs):

  • l'enseignant n'est pas LE modèle à suivre, c'est un guide/conseiller/coach; il n’est pas là pour faire des cours ou pour dire ce qu’il faut faire, mais plutôt pour donner des conseils, guider l’apprenant, analyser les objectifs, diagnostiquer certains problèmes, suggérer des méthodes de travail, expliquer les choses, etc.;
  • il ne peut y avoir apprentissage sans objectifs (pas de FLE sans FOS - voir l'article "FOS et documents authentiques", 15/03/12) - justement les objectifs doivent être le moteur de l'apprentissage;
  • apprendre à apprendre est un savoir-faire qui, une fois acquis, peut servir plus tard dans la vie pour continuer l'apprentissage (ou en initier d'autres).

Si l'autonomie comme méthode est discutée par certains (en effet, il semble difficile de travailler de la même façon selon le type de public notamment), le bon sens nous dit qu'elle est néanmoins utile comme concept dans la formation sur objectifs spécifiques. Pourquoi? Premièrement, on constate que beaucoup de demandes de formation sur objectifs spécifiques concernent des publics bien ciblés (voire même des individus) qui ont des objectifs très précis et qui (souvent mais pas toujours) ne sont pas disposés à suivre des cours conventionnels - il leur faut des outils, de l'indépendance, de la souplesse, etc. Deuxièmement, la formation sur objectifs spécifiques s'appuie massivement sur des documents authentiques - d'ailleurs, en général il n'existe pas de manuel pour la plupart des formations spécifiques. Du coup, le développement de l'apprendre à apprendre va tout à fait dans ce sens: l'apprenant a souvent intérêt à savoir se servir de documents pertinents (une sorte d'auto-didactisation) pour son travail d’apprentissage de la langue. D'ailleurs, c'est bien souvent l'apprenant, en tant que spécialiste dans son domaine particulier, qui est le mieux placé pour accéder aux éléments lui permettant d'apprendre... mais il n'aura pas nécessairement les bons réflexes pour pouvoir s'en servir.

Donc comment apprend-on à devenir un bon pêcheur en didactique des langues? Il y a sans doute beaucoup de façons de répondre à cette question, et il existe des articles et des ouvrages (les uns plus utiles que les autres) détaillant le "comment faire?". La première chose à faire, une fois qu'on a bien identifié les besoins et les acquis visés, c’est mettre en place des stratégies afin d’identifier les points les plus importants à travailler, les niveaux requis dans chaque compétence (ou ensemble de compétences), les différentes activités permettant de travailler sur ces compétences, les méthodologies adaptées et un planning détaillé. Une fois que ces éléments ont clairement été identifiés, il convient ensuite de réfléchir de façon plus détaillée sur l’apprentissage, et notamment sur le parcours d’apprentissage: comment est-ce que je peux savoir concrètement si j’ai appris des choses? Le suivi du parcours d’apprentissage est très important, d’où le recours au planning détaillé (et pourquoi pas un carnet de bord). Ces traces d’apprentissage vont servir; elles permettent d’orienter les séances de travail, de savoir ce qui a bien marché, etc. Le recours à des documents authentiques est à privilégier, certes, mais les documents authentiques ne permettront pas à eux seuls d’apprendre: il faut une méthodologie, il faut savoir ce qu’on cherche à apprendre avec ces documents, quelles en sont les limites, etc. Il peut également être utile d’avoir recours à des exercices, à des manuels et aux livres de grammaire. Mais là encore, le simple fait de "faire" des exercices ou de "faire" de la grammaire ne veut pas dire qu’on être en train d’apprendre des choses. Dans tous les cas, il faut savoir exactement ce qu’on fait et pourquoi: si on consulte des documents authentiques c’est parce qu’on a une idée de ce qu’on souhaite en tirer; si on fait des exercices de grammaire c’est parce qu’on a une idée de ce que cela peut nous apporter. Enfin, il faut envisager la suite des activités: si on aborde un document authentique avec une idée en tête il faut ensuite chercher à concrétiser les nouveaux acquis et les utiliser à bon escient; si on fait des exercices de grammaire, il faut ensuite savoir comment convertir les acquis de manière à ce que ceux-ci soient vraiment utiles (réemploi, repérage sur documents authentiques, etc.).

Voilà en théorie comment ça marche... Mais bon, évidemment, sur le terrain on peut être confronté à des problèmes, à des cas difficiles voire même impossibles. Dans tous les cas, il semble utile de retenir (au moins) de l'autonomie l'idée de la responsabilisation de l'apprenant. D'ailleurs, celui qui apprend à pêcher aura en plus le plaisir de passer un moment au bord de l'eau à profiter de la nature!

Enfin une question qui n'a rien à voir avec la pêche, les proverbes sont-ils toujours transposables d'une culture à l'autre, d'une langue à l'autre?

PS. Merci à Yang Yang pour la prononciation.

Tag(s) : #FOS