Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée d'étude sur la modalisation a posteriori

Une journée d’étude sur la modalisation a posteriori aura lieu le vendredi 27 septembre 2013 à l’Université de Perpignan Via Domitia. Cette journée est organisée sous l'égide des groupes de recherche VECT – Mare Nostrum (Université de Perpignan) et CRIDAF (Paris 13). Cliquez ici pour contacter l'organisateur principal, Olivier Simonin.

Présentation du thème de la journée d'étude

Le concept de modalisation a posteriori, tel que le définit Paul Larreya (2009), renvoie à un jugement modal émis alors que son auteur-locuteur se présente comme sachant pertinemment que le procès (sur lequel porte la modalité) a eu lieu ou non. Si l’on considère que la modalité concerne le principe de réalisation d’un procès, exprimant de façon privilégiée un jugement sur le caractère possible ou nécessaire de son actualisation, elle se place en premier lieu dans le domaine du potentiel/virtuel. Quel intérêt y a-t-il alors à rappeler une modalité concernant un procès dont on sait qu’il est avéré ou bien contrefactuel ? Un énoncé contrefactuel comme You should have washed your hands, ou un autre rappelant un fait avéré comme He was able to pass the test with flying colours expriment des valeurs modales qui sont parallèles à celles que l’on trouve avec You should be careful during the interview et He is able to see again perfectly well. Cependant, pour les premiers énoncés, sous l’obligation morale (atténuée) que l’on rappelle se lit le reproche, tandis que la capacité que l’on dit sert avant tout à une mise en valeur du sujet, qui a déjà transformé la capacité en acte. Dit autrement, un commentaire se construit en se fondant sur une valeur modale type. Pierre Cotte (2000) parle de modalité comme commentaire. Il convient de noter qu’une modalisation a posteriori peut avoir lieu sans l’apparition de commentaire : cela n’est apparemment pas le cas dans l’énoncé contrefactuel We were to have met yesterday. Les deux notions ne se recoupent donc qu’imparfaitement.

Dans le cadre de cette journée d’étude, plusieurs sujets pourront être traités :

- valeurs de modaux particuliers, de périphrases modales, voire de certains de leurs emplois

- la modalisation a posteriori posée pour des procès avérés (/contrefactuels) exclusivement

- lien entre l’emploi d’infinitifs parfaits et de prétérits avec les modaux, l’expression du contrefactuel et la modalisation a posteriori.

- les facteurs contextuels permettant de comprendre qu’un procès est avéré ou contrefactuel

- les emplois qui se situent entre modalisation a posteriori et a priori, comme dans You should write more often : le procès est contrefactuel dans le révolu, et potentiel dans l’avenir

- des analyses de modalisations a posteriori dans le discours, dans des corpus

- réflexion théoriques sur les notions de commentaires modaux et de modalisation a posteriori

Tag(s) : #Colloques et ateliers