Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Première version de l'article 29 novembre 2013)

Au moment où je commence à entendre des remarques d’étudiants à qui je demande de lire des articles en anglais, je profite de ce billet pour revenir sur la question de la diffusion du savoir scientifique. Je ne parlerai pas de la vulgarisation en général, tout comme je ne traiterai pas de la diffusion « ordinaire » du savoir (pages Web, communication électronique, etc.).

Pour ce qui est de l’utilisation de l’anglais, on peut distinguer différents niveaux d’utilisation, d'après le modèle de Braj Kachru. Ces niveaux sont représentés par des cercles concentriques, allant du plus petit (formant le noyau) au plus grand. Dans le cercle intérieur on trouve les locuteurs natifs de l’anglais ; ensuite, on va trouver dans le cercle intermédiaire tous les locuteurs pour qui l’anglais est une langue seconde plus ou moins bien maîtrisée ; puis dans le cercle périphérique, on trouve tous les locuteurs et utilisateurs ponctuels de l’anglais comme langue étrangère.

Lorsqu’on s’intéresse à la diffusion du savoir en anglais, beaucoup de questions qui se posent actuellement concernent le troisième et dernier cercle, qui est à la fois le plus récent, le plus vaste et le plus hétérogène. En effet, si l’anglais devient lingua franca (ELF) pour des utilisateurs non natifs, qu’en est-il plus concrètement des aspects formels de cette langue ? Autrement dit, si l’anglais est utilisé en tant que lingua franca par des personnes qui ont une maîtrise plus ou moins limitée, plus ou moins ponctuelle de la langue, quelles sont les modalités de diffusion d’un savoir technique ou scientifique ? Certes, l’anglais va être utile pour communiquer de façon fonctionnelle à un niveau très local ou informel mais quelles sont réellement les possibilités pour une diffusion plus massive, destinée à des interlocuteurs nombreux, variés, appartenant à l’ensemble des personnes des trois cercles ? Les locuteurs qui sont dans le cercle intérieur (qui se trouvent généralement dans des pays qui sont des puissances économiques importantes) baignent dans la langue tous les jours et jouissent d’une certaine légitimité par rapport aux autres en matière de production linguistique (voir cependant la problématique abordée dans l'article de S. Hazel plus loin). Mais que faire alors des autres locuteurs ? Il y a deux arguments majeurs qui s’opposent sur cette question : pour certains spécialistes, il faut surtout essayer de développer une description linguistique systématique des variétés non natives de l’anglais afin d’en arrêter les particularités formelles pour que l’anglais comme lingua franca puisse enfin acquérir un statut de variété légitime. Il est donc sous-entendu qu’il faut adapter les pratiques pédagogiques pour l’apprentissage de l’anglais pour y incorporer certaines « tolérances » par rapport à l’anglais standard, par exemple. En revanche, pour d’autres spécialistes, il serait impossible de décrire toutes les formes et utilisations possibles de l’anglais, qui sont par ailleurs extrêmement instables, et donc il faut plutôt insister sur le maintien d’un modèle unique de l’anglais pour l’enseignement et pour la diffusion du savoir. Auquel cas, les utilisateurs du troisième cercle se trouvent perpétuellement en bas de l’échelle, ainsi poussant les gouvernements de certains pays non anglophones à introduire l’anglais comme langue d’instruction dans les écoles et les universités afin de développer une compétence de communication en anglais chez les jeunes. Mais en même temps, les utilisateurs du premier cercle, les natifs, se trouvent aussi dans une position de plus en plus problématique à l'échelle internationale selon certains spécialistes: en effet, si la plupart des utilisateurs dans le monde sont des locuteurs non natifs, il faut que ceux du premier cercle fassent un effort pour communiquer au-delà du cercle restreint (voir l'article - en anglais, bien sûr! - de S. Hazel intitulé Why native English speakers fail to be understood in English).

Le fait que dans un pays donné on encourage les scientifiques à partager leurs résultats en anglais uniquement (afin d'en assurer une très grande diffusion) a aussi des répercussions sur la maîtrise de la langue vernaculaire, c'est-à-dire la langue locale, du pays. A un récent colloque à l'Université de Stockholm, dans le cadre du projet MIME, on a rappelé l'impact de cette situation diglossique pour les langues locales, surtout en termes de perte de domaines d'utilisation. Par exemple, si les scientifiques ne parlent plus de leur science dans leur langue, et ne publient plus sur leur science dans leur langue, le jour où il seront amenés à le faire, ils auront des difficultés. Si pour les spécialistes de l'acquisition des langues il n'est pas question de « perdre » sa langue maternelle, il est tout à fait possible en revanche qu'on en perde des domaines d'utilisation, créant ainsi une certaine insécurité langagière. On peut citer, par exemple, le cas de la tenniswoman Steffi Graf, qui n'arrive pas à s'exprimer aisément en allemand dans une situation qu'elle a l’habitude de gérer en langue anglaise (regarder ce clip, à partir de 2:25). De tels exemples témoignent d'une restriction ou d'une « attrition » fonctionnelle. Comme l'ont montré les différentes études sur l'obsolescence linguistique, c'est surtout cette restriction qui s'avère critique dans ce processus: plus une langue se porte bien, plus elle est utilisée dans différents domaines, pour différentes fonctions au sein de la société; plus elle est menacée, moins elle se trouve utilisée.

En dehors de ces restrictions fonctionnelles, on peut citer le cas des emprunts tout simplement: une langue dominante a tendance à faire son apparition dans la langue dominée. Ce qui est tout à fait normal: les langues apportent parfois des savoirs et des savoir-faire, des nouveautés scientifiques, artistiques, etc., et cela depuis la nuit des temps, témoignant ainsi à la fois des lacunes éventuelles dans la langue locale, mais aussi (et surtout) de la vitalité de la langue dite « forte ». Parfois, on cherche même à emprunter à la langue forte alors qu'il n'y a pas besoin. C'est donc avant tout un phénomène de mode (voir par exemple l'ouvrage intitulé L'aventure des mots français venus d'ailleurs d'H. Walter).

Pour en revenir à la question de l'utilisation de l'anglais par des scientifiques, il existe un autre problème (surtout dans les sciences humaines et sociales) qui est rarement abordé. Ce problème concerne surtout le contenu et la forme de ce qu’on l’on souhaite communiquer. En effet, il est possible qu’un chercheur français écrive un article dans un anglais standard impeccable, ou bien dans un ELF impeccable, mais ce n’est pas pour autant qu’il sera lu et compris par tout le monde – son travail ne sera pas forcément diffusé même s’il a fait l’effort d’écrire ou de parler en anglais. On s’aperçoit donc qu’il y a des questions qui touchent à l’histoire des sciences et au fait qu’il existe des choses que l’on juge utiles de publier dans des contextes scientifiques spécifiques ou locaux. Ainsi, ce qu’un linguiste français estime comme étant valide en tant que production scientifique ne sera pas forcément vu de la même manière par d’autres chercheurs qui ne baignent pas dans le même milieu scientifique.

Finalement, à l’opposé d’un scénario ou tout le monde diffuse le savoir en anglais, il existe celui où chacun communique dans sa langue. C’est effectivement une pratique que l’on voit déjà entre langues romanes : ainsi, par exemple, le grand colloque annuel des romanistes, qui réunit des centaines de chercheurs travaillant sur les langues romanes, part du principe que toute langue romane est une langue légitime de communication – chacun parle sa langue et on fait confiance à l’intercompréhension pour la suite. Il existe même des méthodes de compréhension entre langues romanes. Au-delà de l’intercompréhension entre langues romanes, il est possible d’envisager un monde de la diffusion du savoir où, à partir de quelques langues de communication données (disons, pour faire simple, l’anglais, le français et l'allemand), on va pouvoir dire que, si le travail en vaut la peine, ce sera au lecteur de faire l’effort nécessaire pour le lire (c’est la position de certaines revues de linguistique comme le Bulletin suisse de linguistique appliquée, par exemple). Dans ce cas de figure, on peut imaginer l’utilisation stratégique de résumés ou abstracts dans plusieurs langues comme façon d’aborder le contenu d’une production scientifique.

Donc en attendant, et en réponse à mes étudiants, vous pouvez continuer à lire dans toutes les langues, mais vous aurez toujours à rédiger vos dossiers en français… et à me les rendre avant la fin du semestre !

Tag(s) : #Divers